Excursions

Accueil > Excursions > Henry C. Daryaw & Lillie Parsons

DARYAW Comme le Lillie Parsons, l'épave est renversée au fond. Une première ligne mène à la poupe de l'épave, tout près de la superstructure principale et des hélices. De là, on peut voir une autre ligne qui dirige le plongeur, en toute sécurité, à la superstructure principale du navire. Le second bateau était amarré à l'amarre qui mène au gouvernail. La superstructure supporte l'arrière du bateau, tandis que la proue repose sur le haut-fond. Cela laisse un espace de 10 pieds sous lequel les plongeurs peuvent passer. Plusieurs plongeurs s'en servent pour se rendre sur le pont de l'épave qui devient plafond, ou encore, le plafond de l'épave devient plancher...On peut voir des éviers brisés par l'impact du naufrage ainsi que des tasses et des assiettes reposant ici et là parmi les débris. Des hublots donnent sur des espaces lugubres. Des garde-fous ne protègent plus personne. Un treuil y est immobilisé par la rouille et l'oisiveté.

 

LILLIE PARSONS Cette épave est située dans l'étroit passage de Brockville, St-Lawrence Seaway, Sparrow lsland Ontario. L'épave s'étend dans 42 pieds d'eau avec son mât principal qui descend jusqu'à 83 pieds de profondeur. Elle est à l'envers, rendant sa quille et sa coque tout à fait visibles. Le pont est presque entièrement recouvert de charbon (sa dernière cargaison). L'intérieur est accessible par la poupe; en suivant la ligne de charbon jusqu'à la proue, on peut entrer complètement. On ne saurait qu'encourager la prudence extrême et la pratique de la "loi des tiers" (un tiers à l'entrée, un tiers à la sortie et un tiers de réserve) lors des pénétrations de cette épave. Un cours spécifique de plongée d'épave s'impose AVANT d'entrer dans l'épave. La roue et l'engrenage furent enlevés, par des plongeurs, il y a 21 ans et furent retrouvés par la suite. Cependant, toutes ces pièces de métal s'étant détériorées, il devient impossible d'en faire l'identification. Les seules pièces restantes, en bon état, sont les écrous de cuivre. Laissées dans l'eau, cette destruction insensée n'aurait pas eu lieu, car l'eau aurait gardé la plupart de ces pièces intactes. La plupart des pièces de collection (cataloguées et conservées) furent données au Musée de Brockville pour l'exposition de pièces marines. Ce don fut réalisé pour s'assurer que des pilleurs d'épaves ne pourront s'emparer de ces pièces historiques à des fins personnelles. Elle s'enfonce vers sa dernière demeure. Comme la plupart des épaves (sous-marines), l'érosion et la pollution sont causes de problèmes. Les courants puissants qui balaient sa coque, en emportent jour après jour un peu plus. La pollution détériore le grain du bois et la rouille attaque lentement les pièces de métal. Et comme le Lillie Parsons est installé sur un banc de sable, il glisse tranquillement vers le fond. Néanmoins, cet événement n'est pas prévu dans un proche avenir et les plongeurs pourront encore profiter de sa présence pendant quelques années.

 

Pour en savoir plus, consultez notre fiche technique. (excurtion non proposée pour 2018)